RETARD DES PLUIES: LA CAMPAGNE CÉRÉALIÈRE COMPROMISE

0
274

 Une grande menace pèse sur la campagne céréalière. La plus grosse crainte réside dans la réserve des barrages qui est à son plus bas niveau, soit à 43% au 1er novembre.

La production céréalière est fortement menacée. Dans son édition du jour, L’Economiste rapporte ainsi que les semailles n’ont concerné que les superficies irriguées, faute de pluies au terme du mois d’octobre. Et le problème, symptomatique du changement climatique, persiste.

Pour le moment, la campagne céréalière, lancée à la mi-octobre, ne pourrait pas même engranger les 33,5 millions de quintaux, et ce en dépit des mesures déployées pour garantir les principaux intrants. Pour le ministre de l’Agriculture, Aziz Akhannouch, cité dans L’Economiste, «pas moins de 1,8 million de quintaux de semences sélectionnées sont disponibles, avec à la clé une subvention de 330 millions de DH». L’OCP contribuera fortement, avec un volume de 550.000 tonnes d’engrais qui seront mises sur le marché. «A charge également pour le groupe OCP d’assurer la stabilité des prix des engrais phosphatés et de rationaliser leur utilisation via les cartes de fertilité». A cela, il faut ajouter la reconduction de l’assurance agricole multirisque dont la couverture devrait porter sur plus d’un million d’hectares.

Lire la suite

PARTAGER SUR

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE